DSpace Avignon


 
Digital documents Archive in agronomy science
Entrepôt de documents numériques en sciences agronomiques

Home DSpace INRA Avignon >
Abeilles et Environnement >
l'Abeille Digitale - Bee Archive / Prototype >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/2174/335

Title: Expérimentation de la gelée royale d'abeilles en pratique gériatrique (134 cas)
Other Titles: Experimentation of honeybee royal jelly in geriatrics
Authors: Destrem, H.
Issue Date: 1956
Citation: Destrem H., 1956. Expérimentation de la gelée royale d'abeilles en pratique gériatrique (134 cas). Revue Française de Gérontologie (3° bimestre 1956), 13 p.
Series/Report no.: Bures-B3931
Abstract: Considération d’ensemble. Cette expérimentation clinique de 134 cas suscite quelques remarques : D'abord, la concordance des pourcentages d'échecs et de réussites pour les deux modes d'administration: parentérale et perlinguale. L'échec de certaines cures de consolidation par glossettes chez des malades traités au préalable par injections n'est pas très significatif car d'autres cures du même genre ont donné d'excellents résultats. Par ailleurs, en comparant les résultats obtenus chez les jeunes et les sénescents, on constate que la voie parentérale paraît beaucoup plus active chez les premiers, donc beaucoup plus sûre, que la voie perlinguale (à rapprocher des données de l'expérimentation animale). II n'en est pas de même chez les vieillards. Pour eux, les deux modes d'administration paraissent valables sans qu'on puisse préjuger du plus efficace. Peut-être vaut-il mieux utiliser toutefois la voie transcutanée dans la vieillesse quand on se trouve en face de sujets particulièrement fatigués. D'autre part, les résultats acquis se sont révélés très durables, dans l'ensemble, malgré le polymorphisme des cas traités. Enfin, nous avons étudié systématiquement les variations de la tension artérielle au cours de tous ces traitements. Elles n'ont guère été notables que chez les malades ayant bénéficié d'une reprise de poids et de l'état général marqué. Ceux-là présentaient une hypotension pour la plupart en relation avec leur dépression psycho-physique. Nous avons traité de nombreux vieillards aux tensions artérielles relativement élevées sans -constater de poussées tensionnelles notables. Sans vouloir conclure, il nous semble que cette stabilité tensionnelle souligne l'activité « sui generis» de la Gelée Royale comme la comprennent Chauvin et Hébert. Elle évoque peut-être d'autres mécanismes d'action qu'une simple stimulation des surrénales ... En conclusion, si la Gelée Royale utilisée en clinique humaine n'offre pas plus que d'autres produits les ressources d'un rajeunissement véritable, nous avons l'impression qu'elle peut être considérée actuellement comme un agent thérapeutique de base du plus haut intérêt en gériatrie. Elle mérite mieux qu'une exploitation charlatanesque. Mais ne lui demandons que ce qu'elle peut donner.
URI: http://hdl.handle.net/2174/335
Appears in Collections:l'Abeille Digitale - Bee Archive / Prototype

Files in This Item:

File Description SizeFormat
AD_2009_B3931_1.pdfB3931.pdf5.37 MBAdobe PDFView/Open

Show full item record in Dublin Core

All items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved.

 


DSpace Avignon
is part of the Inra-Avignon web site