DSpace Avignon


 
Digital documents Archive in agronomy science
Entrepôt de documents numériques en sciences agronomiques

Home DSpace INRA Avignon >
Abeilles et Environnement >
l'Abeille Digitale - Bee Archive / Prototype >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/2174/309

Title: Construction et reconstruction de la cellule des rayons d'Apis mellifica
Other Titles: Construction and rebuilding of bee cells
Authors: Darchen, Roger
Issue Date: 1958
Citation: Darchen, R., 1958. Construction et reconstruction de la cellule des rayons d'Apis mellifica. Insectes Sociaux, vol. 5 no. 4, 357-371
Series/Report no.: Bures-B3576
Abstract: On étudie ici les régulations nombreuses survenant autour des cellules d'un rayon de cire d'Apis mellifica, lorsqu'une destruction partielle ou totale y a été pratiquée, lorsqu'un obstacle quelconque y est inséré. 1° On note que les irrégularités de cellules sont généralement éliminées d'une façon rapide par les nombreuses abeilles qui visitent sans cesse les cellules : les insectes sont capable de percevoir rapidement les faibles variations de l'épaisseur et de la rugosité des cloisons. 2° Les abeilles bouchent facilement les orifices, même important , percés dans les fonds ou dans les parois des alvéoles et se servent pour cela de cire vierge et de cire récupérée sur les rayons (cf. au si MEYER). Les reconstructions se divisent toujours en deux temps : a) apport des matériaux informes sur les parties détruites; b) sculpture de l'ensemble par raclage des mandibules. 3° Les cellules écrasée sont réparées beaucoup moins vite. Les abeilles détruisent d'abord les parois anormales, puis les reconstruisent. Cependant, lorsque l'écrasement a été très important, les rayons, établis sur les fonds des cellules d'ouvrières, présentent de nombreuses cellules de colmatage, et les rayons, rebâtis sur les fonds des cellules de mâles, ne sont composés que de cellules d'ouvrières superposées sur deux étages et sur chaque face. Il semble bien que les abeilles utilisent de préférence des petites cellules pour le colmatage. 4° On remplace ensuite le parois des alvéoles d'une face d'un rayon, composé de cellules d'ouvrières, par d'autres du sexe opposé et, inversement, on oppose, sans les alterner, les prismes sans fond des cellules des faces d'un même rayon ... Toutes ces expériences nous montrent l'importance des fonds des cellules dans la construction des alvéoles et, par suite, la subtilité de la perception des formes par les abeilles. 5° Les abeilles éliminent généralement tous les obstacle qu'elles rencontrent sur les faces de leurs rayons. Lorsque ce processus est impossible, elles arrêtent souvent les constructions au voisinage du corps étranger. Quelques réponses étonnantes sont signalées : en particulier, le déplacement et l'insertion dans les parois d'une petite aiguille ou d'une petite baguette de bois, traversant les bâtisses de part en part, de telle sorte que toutes les voisines de l'obstacle soient accessibles.
URI: http://hdl.handle.net/2174/309
Appears in Collections:l'Abeille Digitale - Bee Archive / Prototype

Files in This Item:

File Description SizeFormat
AD_2009_B3576_1.pdf4.3 MBAdobe PDFView/Open

Show full item record in Dublin Core

All items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved.

 


DSpace Avignon
is part of the Inra-Avignon web site